Aller au contenu principal

NNI : ce qu'ont voté les députés de la Somme

Le député de votre circonscription s'est-il prononcé en faveur ou contre le projet de ré-autorisation des néonicotinoïdes (NNI) pour la betterave ? S'est-il abstenu ? On fait le point à l'issue d'un vote qui a lieu cet après-midi, mardi 6 octobre, au Palais Bourbon.

Résultats du vote du projet de loi ré-autorisant temporairement l'utilisation des néonicotinoïdes pour la betterave, le 6 octobre, à l'Assemblée Nationale.
Résultats du vote du projet de loi ré-autorisant temporairement l'utilisation des néonicotinoïdes pour la betterave, le 6 octobre, à l'Assemblée Nationale.
© CGB

Il y a ceux pour qui le soutien au projet de loi était acquis depuis longtemps, par conviction, par pragmatisme et d'autres pour lesquels il n'en était pas question, soit par idéologie, soit par discipline de vote liée à l'appartenance à un groupe.

Cet après-midi, lors du vote du projet de loi ré-autorisant de manière temporaire l'utilisation des néonicotinoïdes pour protéger la betterave du virus de la jaunisse, 313 députés se sont exprimés en faveur du projet de loi, quand 158 ont voté contre.

Sur les quatre députés samariens ayant participé au vote, quatre d'entre eux se sont exprimés « pour » : Jean-Claude Leclabart (4ème circonscription, LREM) dont on se souvient qu'il était l'initiateur d'une rencontre entre des députés de sa formation politique et une délégation de la CGB 80 lors des journées parlementaires de la LREM qui se sont tenues à Amiens, mi-septembre ; Cécile Delpirou (2ème circonscription, LREM) devenue députée en remplacement de Barbara Pompili depuis sa nomination au ministère de la Transition écologique ; Emmanuel Maquet (3ème circonscription, LR) qui s'est réjoui dans un long communiqué en début de soirée d'une décision « de bon sens qui va permettre la sauvegarde d’une filière porteuse de 46 000 emplois industriels, dont 3 000 betteraviers dans l’unique département de la Somme ».

François Ruffin a tenu parole

Parmi les députés ayant voté « contre », un seul élu de la Somme. Il s'agit du député de la 1ère circonscription, François Ruffin (LFI). Lors d'un échange avec la FDSEA de la Somme, les Jeunes Agriculteurs et la Chambre départementale d'agriculture, le 28 septembre, François Ruffin avait expliqué le pourquoi de sa décision, avant de proposer des alternatives : « On doit étudier la possibilité de mettre en place un autre modèle industriel que celui qu'on connait aujourd'hui », a-t-il ainsi défendu. Et de regretter « qu'à aucun moment nos dirigeants ont contesté à Bruxelles la ré-autorisation des néonicotinoïdes dans d'autres pays ».

Le député estimait alors également « légitime » un « dédommagement des pertes subies par les betteraviers dans le projet de loi de finances », tout en demandant à ce qu'il n'y ait pas de dérogations possibles à l'utilisation des NNI ailleurs en Europe, et enfin « que la betterave à sucre samarienne ne soit pas en concurrence avec la canne à sucre brésilienne ».

Punchline du ministre Denormandie contre LFI

Si François Ruffin a tenu parole en restant discret sur les bancs de l'Assemblée Nationale, ce mardi 6 octobre, il y a quelques jours, le 1er octobre, la formation politique à laquelle il appartient avait semé le trouble en mettant en corrélation le nombre de suicides chez les agriculteurs avec la ré-autorisation des néonicotinoïdes. Extraits : « Un agriculteur se suicide tous les deux jours, victime d'un modèle agro-industriel à bout de souffle qui broie les paysans et empoissonne le vivant. La seule réponse du gouvernement ? Ré-autoriser les néonicotinoïdes ».

Lundi 5 octobre, lors de l'examen préliminaire de plusieurs dispositions du texte sur les néonicotinoïdes et la betterave, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie avait sèchement remis à sa place le président du groupe « La France insoumise à l' Assemblée nationale » et député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon en lui lançant une formule qui pourrait faire date : « Je suis sûr que vos propos d’estrade ne feront jamais pousser une betterave dans notre pays ». La punchline du ministre a depuis pas mal fait réagir sur les réseaux sociaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde