Aller au contenu principal

Environnement
Pollution de l’Escaut : une «négligence» à 9,5 millions d’euros pour Tereos

Le groupe coopératif Tereos a été condamné le 12 janvier au paiement d’une amende de 500 000 € et 9 millions de dommages et intérêts après un accident industriel survenu sur la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) qui a engendré une pollution du fleuve l’Escaut. 

Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) en 2020.
Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) en 2020.
© Tereos

Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59). La conséquence pour l’entreprise ? Elle a été condamnée le 12 janvier au paiement d’une amende – 500 000 € – et de dommages et intérêts, conformément aux réquisitions du procureur de la République lors d’une audience qui s’est tenue en novembre dernier. Dans la nuit du 9 au 10 avril 2020, 100 000 m3 de liquide noirâtre - essentiellement des matières organiques et fermentescibles - s’étaient alors déversés dans la nature, polluant notamment l’Escaut en France, mais aussi en Belgique. 

 

Défaut d’entretien

Lors d’une audience de deux jours qui s’est tenue en novembre dernier, et alors que Tereos comparaissait devant le tribunal de Lille pour «déversement de substance nuisible dans les eaux» et du rejet «de substance nuisible au poisson», son avocat Alexandre Moustardier affirmait que l’entreprise n’avait pas failli. Pour le spécialiste en droit de l’environnement, «il n’y a pas eu de manquements dans l’entretien de la digue ou dans les travaux du bassin réalisés par Tereos», précisant que 80 millions d’euros avait été investis en cinq ans sur le site nordiste. Avant de connaître sa condamnation, Tereos s’était engagée auprès du préfet du Nord à effectuer des travaux et à réparer les conséquences de la rupture de la digue des bassins d’Escaudoeuvres. Le montant engagé par l’entreprise serait de 2,5 millions d’euros. Avocate de la région Wallonie, l’une des parties civiles de ce dossier, Corine Lepage avait, de son côté, pointé du doigt un défaut d’entretien du site, indiquant que «si la végétation avait été abattue correctement autour de la digue, il n’y aurait pas eu cette grave pollution».

 

«Victoire pour la protection de l’environnement»

Le jour du délibéré, le 12 janvier, Corine Lepage s’est déclarée «évidemment satisfaite» de la «sévérité de la sanction». Pour sa cliente, la région wallonne, la condamnation de Tereos est «une grande victoire pour la protection de l’environnement et de la biodiversité, et la fin de l’impunité en matière environnementale». En condamnant le groupe sucrier, le tribunal reconnait en effet «le préjudice écologique, mais aussi moral et matériel de cette pollution», décrit un communiqué du gouvernement de Wallonie. Les dommages et intérêts perçus devraient, toujours selon la même source, «financer les mesures de réparation des dommages causés aux écosystèmes de l’Escaut».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde