Aller au contenu principal

Environnement
Pollution de l’Escaut : une «négligence» à 9,5 millions d’euros pour Tereos

Le groupe coopératif Tereos a été condamné le 12 janvier au paiement d’une amende de 500 000 € et 9 millions de dommages et intérêts après un accident industriel survenu sur la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) qui a engendré une pollution du fleuve l’Escaut. 

Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) en 2020.
Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59) en 2020.
© Tereos

Selon le tribunal de Lille, il y a bien eu «négligence» de la part du groupe coopératif sucrier dans l’affaire de la pollution de l’Escaut après la rupture d’une des berges d’un bassin de décantation de la sucrerie d’Escaudoeuvres (59). La conséquence pour l’entreprise ? Elle a été condamnée le 12 janvier au paiement d’une amende – 500 000 € – et de dommages et intérêts, conformément aux réquisitions du procureur de la République lors d’une audience qui s’est tenue en novembre dernier. Dans la nuit du 9 au 10 avril 2020, 100 000 m3 de liquide noirâtre - essentiellement des matières organiques et fermentescibles - s’étaient alors déversés dans la nature, polluant notamment l’Escaut en France, mais aussi en Belgique. 

 

Défaut d’entretien

Lors d’une audience de deux jours qui s’est tenue en novembre dernier, et alors que Tereos comparaissait devant le tribunal de Lille pour «déversement de substance nuisible dans les eaux» et du rejet «de substance nuisible au poisson», son avocat Alexandre Moustardier affirmait que l’entreprise n’avait pas failli. Pour le spécialiste en droit de l’environnement, «il n’y a pas eu de manquements dans l’entretien de la digue ou dans les travaux du bassin réalisés par Tereos», précisant que 80 millions d’euros avait été investis en cinq ans sur le site nordiste. Avant de connaître sa condamnation, Tereos s’était engagée auprès du préfet du Nord à effectuer des travaux et à réparer les conséquences de la rupture de la digue des bassins d’Escaudoeuvres. Le montant engagé par l’entreprise serait de 2,5 millions d’euros. Avocate de la région Wallonie, l’une des parties civiles de ce dossier, Corine Lepage avait, de son côté, pointé du doigt un défaut d’entretien du site, indiquant que «si la végétation avait été abattue correctement autour de la digue, il n’y aurait pas eu cette grave pollution».

 

«Victoire pour la protection de l’environnement»

Le jour du délibéré, le 12 janvier, Corine Lepage s’est déclarée «évidemment satisfaite» de la «sévérité de la sanction». Pour sa cliente, la région wallonne, la condamnation de Tereos est «une grande victoire pour la protection de l’environnement et de la biodiversité, et la fin de l’impunité en matière environnementale». En condamnant le groupe sucrier, le tribunal reconnait en effet «le préjudice écologique, mais aussi moral et matériel de cette pollution», décrit un communiqué du gouvernement de Wallonie. Les dommages et intérêts perçus devraient, toujours selon la même source, «financer les mesures de réparation des dommages causés aux écosystèmes de l’Escaut».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde