Aller au contenu principal

Agroalimentaire
Pour 400 millions, Clarebout Potatoes croque Mydibel

Selon Clarebout, son rachat de l’entreprise Mydibel devrait conduire à l’émergence d’un «champion belge» qui entend peser sur le marché mondial des spécialités à base de pommes de terre.

L’entreprise Mydibel est désormais dans  le giron de  Clarebout Potatoes, un autre spécialiste belge de la transformation de pommes de terre.
L’entreprise Mydibel est désormais dans le giron de Clarebout Potatoes, un autre spécialiste belge de la transformation de pommes de terre.
© Mydibel

Alors que l’entreprise spécialisée dans la transformation de pommes de terre Mydibel cherchait depuis plusieurs mois son repreneur, c’est finalement son concurrent Clarebout qui a remporté la mise, a-t-on appris fin décembre. L’activité de Mydibel porte sur la valorisation de pommes de terre sous différentes formes : frites surgelées, flocons, purées, croquettes et autres spécialités. Le montant de ce rachat pourrait dépasser, selon nos confrères du journal belge néerlandophone De Tidj, 400 millions d’euros. Mydibel, dont le siège est basé à Mouscron, dispose de trois sites de production en Belgique. De son côté, Clarebout dispose de deux usines, également en Belgique à Nieuwkerke et Warneton, et projette d’en construire une troisième en France, à Dunkerque. Selon un porte-parole de l’entreprise Clarebout, les activités de Clarebout et de Mydibel sont «complémentaires». 

 

«Un champion belge»

Désormais principal actionnaire de Mydibel, Jan Clarebout s’est déclaré «ravi» dans les colonnes de De Tidj de cette acquisition : «Nous voyons de grandes opportunités dans la complémentarité de notre gamme de produits, notre force régionale et nos canaux de vente. Ensemble, nous formons un champion belge qui donne le ton au niveau mondial.» Du côté de Mydibel, son dirigeant Marc Van Herreweghe voit «une nouvelle étape dans le déploiement de notre stratégie de croissance (…) Avec Clarebout comme nouveau propriétaire, nous avons trouvé un partenaire fiable et ouvert la voie au succès futur de Mydibel et de ses employés.» La reprise de Mydibel ne devrait «rien changer» pour les salariés de cette entreprise, ni pour la marque qui sera conservée.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde