Aller au contenu principal

Filière lait
Pourquoi 31 % du lait bio est déclassé en France

La première explication est une baisse de la consommation dans l'hexagone tandis qu'elle continue d'augmenter dans d'autres pays européens.

lait bio
© Pixabay

En France, la filière laitière bio pâtit d’une désaffection des consommateurs unique en Europe. La collecte de lait biologique atteindrait 1,24 milliard de litres, soit 12 % de plus qu’en 2020. Fin 2022, le Centre national interprofessionnel d’économie laitière (Cniel) anticipe une production de 1,35 milliard de litres. En fait, la collecte de lait biologique progresse mois après mois avec l’arrivée, sur le marché, d’élevages juste convertis de très grande dimension (+ de 450 000 l). « En septembre, elle s’est établie à 92,15 ML, soit +11 % par rapport à 2020 avec “seulement” +5 % de livreurs », souligne l’Institut de l’élevage. Or les consommateurs français ne sont pas au rendez-vous.

Hormis les fromages bio, la demande de produits laitiers bio est inférieure cette année à celle de 2019 (jusqu’à – 8 % pour les produits ultra-frais). L’offre excédentaire de lait bio se traduit par d’importantes pertes pour les éleveurs. Les 1 000 litres de lait leur sont payés à peine 470 €, soit près de 30 € de moins qu’en Allemagne.

Par ailleurs, le prix du lait baisse mois après mois (-13 €/1 000 l en septembre). Enfin, 31 % du lait collecté est déclassé et par conséquent payé au prix du lait conventionnel alors que les coûts de production croissent. Le manque à gagner des éleveurs liés à des collecteurs spécialisés dans le bio est bien plus important que celui subi par leurs collègues « conventionnel ».

Dans le reste de l’Europe, la situation est bien différente. En Allemagne et aux Pays-Bas, la consommation de lait bio croît régulièrement. Pourtant les adeptes de jus végétaux sont de plus en plus nombreux. Mais les quantités de lait produites en plus ne déséquilibrent pas les marchés. Les hausses sont très modérées : + 3 % en Allemagne sur un an. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

hôtel à cochons
En Chine, une méga-ferme de 600 000 porcs en construction
Cet « hôtel à cochons » devrait permettre de produire environ 54 000 tonnes de porcs par an.
Vigilance canicule : des restrictions pour la moisson
Le département de la Somme est placé en vigilance canicule orange depuis 12h ce jour. Les activités agricoles sont soumises à des…
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
114 ha partis en fumée dans la Somme
Avec 41°C atteints ce 19 juillet, plusieurs feux de chaume et de récolte se sont déclarés dans la Somme. A 19h, 114 ha avaient…
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens
La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde