Aller au contenu principal

Produits laitiers : la consommation résiste sur l’ultra-frais

Dans l’ensemble, les ventes de yaourts, crèmes fraîches et fromages blancs se sont maintenues en 2022, principalement grâce à la restauration hors domicile qui est revenue aux achats.

Les habitudes des consommateurs  ont été bousculées par l’inflation.
Les habitudes des consommateurs ont été bousculées par l’inflation.
© Pixabay

La reprise de la restauration hors domicile (RHD) a permis à la consommation de produits laitiers ultra-frais (yaourts, crèmes fraîches et fromages blancs) de se maintenir en 2022. Au global, le marché est en progression de 0,5 % en volume et 6,6 % en valeur sur un an, a indiqué Syndifrais (fabricants) en conférence de presse, le 6 juin. La situation est cependant contrastée selon les débouchés. Le marché est en «légère décroissance» en grandes et moyennes surfaces (GMS) avec une baisse en volume de 1,5 % sur un an par rapport à 2021 et de 0,8 % par rapport à 2019. Contrairement à la restauration hors domicile (RHD) où les ventes reviennent à leur niveau d’avant-Covid (+ 22,5 %/2021 et + 2,8 %/2019).

En valeur, les hausses sont plus importantes compte tenu de l’inflation. Ainsi, elles progressent de 4,8 % en GMS et de 35,8 % en RHD par rapport à 2021 et de 9,2 % en GMS et de 18 % en RHD par rapport à 2019. La forte croissance des ventes en valeur en RHD par rapport à 2019 est liée à une «montée en gamme» des achats réalisés par les opérateurs de ces marchés, explique le vice-président de Syndifrais, Yves Legros. 

En GMS, «le rayon crémerie a été parmi les plus résilients en 2022 et le sera aussi en 2023», assure celui qui est aussi le directeur général de Yoplait.

 

Le décrochage du bio s’accélère

Les habitudes des consommateurs ont été bousculées par l’inflation : les produits de marque de distributeur, dont les ventes s’effritaient ces dernières années, reviennent en force (+ 1 % de parts de marché en volume par rapport à 2021). Nouvelle tendance notable : le succès des yaourts hyperprotéinés, type Skyr. Leur consommation ne se réduit plus aux seuls sportifs et les ventes ont bondi de plus de 50 % en un an. «Nous observons des transferts de consommation vers les protéines de lait. Ce sont par exemple des gens qui ne mangent plus de viande le soir», explique Yves Legros. Le décrochage observé depuis plusieurs années sur les produits bio s’est «fortement accéléré». Et la reprise de la consommation pourrait prendre un peu de temps, malgré un écart de prix qui s’est réduit avec les produits conventionnels. «Une fois que les consommateurs ont décidé qu’un rayon est trop cher, ils n’y vont plus», observe Yves Legros. Les industriels l’assurent : il n’y a pas de désengagement sur le bio. Le nombre de références en rayon n’a d’ailleurs pas baissé, affirme Syndifrais. «Les distributeurs vont rationaliser leurs offres, car les ventes seront trop petites pour justifier la place du produit en rayon», prédit cependant Yves Legros. Ce qui, in fine, aura des conséquences sur l’industrie et donc sur l’amont agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde