Aller au contenu principal

Que veut-on manger, aujourd'hui ?

Les tendances alimentaires sont multiples et parfois difficiles à identifier. Le consommateur est de plus en plus complexe. Il semble vouloir manger local, sain, sans gluten, etc.

Les entreprises proposant des plats cuisinés «maison» en livraison à domicile ou «des kits prêts à cuisiner» sont aussi dans la tendance.
Les entreprises proposant des plats cuisinés «maison» en livraison à domicile ou «des kits prêts à cuisiner» sont aussi dans la tendance.
© LDD

«Les consommateurs sont de plus en plus complexes, il n’y a plus une tendance dominante, mais plusieurs qui se croisent», a affirmé Yves Puget, directeur de la rédaction de la revue LSA, lors du lancement du concours de l’innovation alimentaire en région Ile-de-France 2018. Ce lancement a donc été l’occasion de présenter les tendances actuelles en matière de consommation alimentaire, mais aussi d’identifier des leviers d’adaptation pour les acteurs de l’agro-alimentaire.

Sylvain Zaffaroni, cofondateur de Cook-Innov, a présenté certaines de ces tendances. Il a d’abord rappelé que la génération Y (les moins de vingt-deux ans, ndlr), «souhaite donner du sens à son alimentation afin qu’elle soit en phase avec ses valeurs. Cette génération souhaite manger plus sain et avoir une alimentation qui respecte l’environnement et le bien-être animal».

La première tendance identifiée par l’expert est l’innovation en matière de saveur, mais aussi de design. Les boissons et les produits sains sont aussi plébiscités par la génération Y.  L’alimentation «sans» et le flexitarisme étant également des tendances émergentes, Sylvain Zaffaroni présente les produits à base de protéines végétales, comme des innovations porteuses.

Un consommateur pressé

Les entreprises proposant des plats cuisinés «maison» en livraison à domicile ou «des kits prêts à cuisiner» sont aussi dans la tendance. Ces derniers répondent, en effet, aux attentes des consommateurs, et notamment des Franciliens qui sont «40 % à être des ultras pressés» (selon une étude du Credoc), mais qui veulent aussi manger sain. En effet, les moins de trente ans, s’ils sont pressés, sont aussi adeptes «de recettes de grand-mère» et de produits locaux de qualité.

Pour Yves Puget, les consommateurs attendent donc des distributeurs de «l’excellence. Il faut être le meilleur sur sa catégorie de produits, miser sur le local, le digital, la montée en gamme et, enfin, prouver son savoir-faire». Pour répondre à toutes ses attentes, Sylvain Zaffaroni estime que l’agro-alimentaire a besoin de «cette nouvelle génération d’entrepreneurs, qui disrupte le marché en apportant de nouveaux produits, mais aussi de nouvelles manières de consommer».

Matthieu Vincent, cofondateur de Digital Food Lab, accélérateur de la FoodTech* française, estime donc qu’il faut accompagner ces entrepreneurs. Pour lui, les grandes tendances de cette
Foodtech se trouvent dans la nutrition personnalisée, l’impression 3D, les produits de synthèse et dans les blockchains**. Ces derniers peuvent permettre d’améliorer la transparence des produits en multipliant les sources d’informations. «Si en scannant une étiquette, un consommateur peut savoir comment l’aliment a été produit, qui l’a produit, etc. On peut favoriser son acte d’achat en lui redonnant confiance.»

*Foodtech : innovation dans l’alimentation qui utilise une nouvelle technique dans sa production, sa distribution ou son modèle économique.

** Blockchain : base de données dont les informations, envoyées par les utilisateurs, sont vérifiées et groupées en bloc à intervalles de temps réguliers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Ynsect et Pompili
Ÿnsect au petit-déjeuner de ministres européens
La ministre française de la Transition écologique invite ses homologues européens à découvrir le chantier quasi-achevé de l’usine…
SIA
SIA 2022 : « Mon souhait est de le maintenir », déclare Julien Denormandie
Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, ne s’est pas franchement prononcé ce mardi 4 janvier sur la tenue de la 58
Un loup dans la Somme
Plusieurs brebis ont été attaquées dans la nuit du 20 au 21 janvier, à Lafresguimont-Saint-Martin, à l'ouest de la Somme. L'…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde