Aller au contenu principal

«Sous le choc» après l’attaque du loup sur ses moutons

Jérôme Clop, éleveur ovin de Gauville, a perdu son bélier et cinq brebis dans la nuit du 20 au 21 janvier. Cinq autres brebis sont blessées. Les pertes ne sont pas que financières. L’agriculteur, désormais «sous le choc», témoigne.

Une des cinq brebis Shropshire (plus un bélier) tuées par le loup. Jérôme Clop élève cette race rustique, "qui ne mange pas les écorces d'arbres", car bien adaptée à la vie dehors dans les vergers.
© Jérôme Clop

Jeudi 20 janvier au soir, lorsque Jérôme Clop est allé nourrir son troupeau de Shropshire qui pâturait à Lafresguimont-Saint-Martin, près d’Aumale, tout allait pour le mieux. Le lendemain, vers 10 h, un voisin de la pâture l’alertait. «Il m’a appelé pour me dire que la moitié de mes moutons étaient en sang ou sur le dos. J’ai d’abord pensé à une attaque de chiens, puisque j’en ai déjà subies», confie l’éleveur, installé à Gauville.

Mais les constats sur place lui mettent la puce à l’oreille. Cinq brebis sont mortes, ainsi que son bélier, égorgé, à qui il manque une épaule. «Les morsures présentaient un trou près de l’oreille et un autre à la tête. C’était net et sans bavure, pas comme les chiens qui tirent surtout la laine.» Jérôme Clop pense tout de suite à un loup. «Voilà bien deux ans qu’on sait qu’il rôde dans les parages», assure-t-il. Le loup a en effet commis une attaque de moutons en 2020 chez un éleveur voisin, et a notamment été observé entre Blangy-sur-Bresle et Londinières.  Plusieurs bêtes tuées avaient été alors recensées dans un rayon de 80 km² en quelques semaines. 

Jérôme Clop appelle alors la gendarmerie, puis, sur les conseils d’un éleveur de Seine-Maritime, contacte les agents de l’OFB (Office nationale de la biodiversité), qui viennent constater les dégâts le samedi 22 janvier.  «Le réseau loup-lynx présent sur tout le territoire et qui, sur la base d’indices (crottes, attaques, pièges-photo, interactions visuelles etc.), suit l’évolution de la présence du loup en France, a permis de procéder à un relevé d’éléments techniques qui confirment la responsabilité d’un loup», note la préfecture dans un communiqué.

Quelques jours plus tard, le choc est là. Ça dégoute clairement

Le reste du troupeau est désormais en sécurité à la bergerie. Pour l’éleveur, dont le cheptel s’élevait à 125 brebis, la perte est lourde. «Mon bélier valait 460 €. Chaque brebis vaut environ 250 €, et en plus de cela, elles étaient gestantes. J’ai aussi engagé environ 2 000 € de frais vétérinaires pour les cinq autres blessées, et j’ai peur que les autres n’avortent.» L’atteinte est aussi morale. «À chaud, ça allait. Mais quelques jours plus tard, le choc est là. Ça dégoute clairement», avoue-t-il, sous le coup de l’émotion.

Dans son communiqué, la préfecture annonce «qu’un accompagnement est mis en place pour l’éleveur dont le troupeau a subi l’attaque». Mais ce mardi, Jérôme n’était pas encore au courant de cet accompagnement. «J’ai cru comprendre que hors zone “loup“, on n’était pas indemnisé.»

 

En cas d’observation de loup, d’indices de sa présence ou de suspicion d’attaque, vous pouvez contacter les services de l’OFB par mail : sd80@ofb.gouv.fr.
Vous pouvez également obtenir d’avantage d’informations sur le suivi du loup en France sur le site www.loupfrance.fr

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde