Aller au contenu principal

«Sous le choc» après l’attaque du loup sur ses moutons

Jérôme Clop, éleveur ovin de Gauville, a perdu son bélier et cinq brebis dans la nuit du 20 au 21 janvier. Cinq autres brebis sont blessées. Les pertes ne sont pas que financières. L’agriculteur, désormais «sous le choc», témoigne.

Une des cinq brebis Shropshire (plus un bélier) tuées par le loup. Jérôme Clop élève cette race rustique, "qui ne mange pas les écorces d'arbres", car bien adaptée à la vie dehors dans les vergers.
© Jérôme Clop

Jeudi 20 janvier au soir, lorsque Jérôme Clop est allé nourrir son troupeau de Shropshire qui pâturait à Lafresguimont-Saint-Martin, près d’Aumale, tout allait pour le mieux. Le lendemain, vers 10 h, un voisin de la pâture l’alertait. «Il m’a appelé pour me dire que la moitié de mes moutons étaient en sang ou sur le dos. J’ai d’abord pensé à une attaque de chiens, puisque j’en ai déjà subies», confie l’éleveur, installé à Gauville.

Mais les constats sur place lui mettent la puce à l’oreille. Cinq brebis sont mortes, ainsi que son bélier, égorgé, à qui il manque une épaule. «Les morsures présentaient un trou près de l’oreille et un autre à la tête. C’était net et sans bavure, pas comme les chiens qui tirent surtout la laine.» Jérôme Clop pense tout de suite à un loup. «Voilà bien deux ans qu’on sait qu’il rôde dans les parages», assure-t-il. Le loup a en effet commis une attaque de moutons en 2020 chez un éleveur voisin, et a notamment été observé entre Blangy-sur-Bresle et Londinières.  Plusieurs bêtes tuées avaient été alors recensées dans un rayon de 80 km² en quelques semaines. 

Jérôme Clop appelle alors la gendarmerie, puis, sur les conseils d’un éleveur de Seine-Maritime, contacte les agents de l’OFB (Office nationale de la biodiversité), qui viennent constater les dégâts le samedi 22 janvier.  «Le réseau loup-lynx présent sur tout le territoire et qui, sur la base d’indices (crottes, attaques, pièges-photo, interactions visuelles etc.), suit l’évolution de la présence du loup en France, a permis de procéder à un relevé d’éléments techniques qui confirment la responsabilité d’un loup», note la préfecture dans un communiqué.

Quelques jours plus tard, le choc est là. Ça dégoute clairement

Le reste du troupeau est désormais en sécurité à la bergerie. Pour l’éleveur, dont le cheptel s’élevait à 125 brebis, la perte est lourde. «Mon bélier valait 460 €. Chaque brebis vaut environ 250 €, et en plus de cela, elles étaient gestantes. J’ai aussi engagé environ 2 000 € de frais vétérinaires pour les cinq autres blessées, et j’ai peur que les autres n’avortent.» L’atteinte est aussi morale. «À chaud, ça allait. Mais quelques jours plus tard, le choc est là. Ça dégoute clairement», avoue-t-il, sous le coup de l’émotion.

Dans son communiqué, la préfecture annonce «qu’un accompagnement est mis en place pour l’éleveur dont le troupeau a subi l’attaque». Mais ce mardi, Jérôme n’était pas encore au courant de cet accompagnement. «J’ai cru comprendre que hors zone “loup“, on n’était pas indemnisé.»

 

En cas d’observation de loup, d’indices de sa présence ou de suspicion d’attaque, vous pouvez contacter les services de l’OFB par mail : sd80@ofb.gouv.fr.
Vous pouvez également obtenir d’avantage d’informations sur le suivi du loup en France sur le site www.loupfrance.fr

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde