Aller au contenu principal

TVA et activités équestres

Depuis le 2 juin 2021, l’Administration a remis à jour la réglementation sur les activités équestres et les modalités d’application de la TVA à celles-ci.

Un arrêt rendu en 2012 par la Cour de justice de l’Union européenne avait remis en cause l’application du taux réduit de TVA sur les activités équestres. Des mesures d’accompagnement avaient été mises en place pour les activités d’animation et d’utilisation des installations sportives, sans pour autant être sûr que les exploitants soient irréprochables dans leur mode de facturation. 

 

Application du taux de 5,50 %

C’est désormais chose faite, l’administration fiscale a actualisé le bulletin officiel des finances publiques applicable aux activités équestres. Elle conforte et sécurise l’application du taux réduit de TVA à 5,5 % pour l’accès aux installations à caractère sportif des établissements équestres (manège, carrière, parcours, écurie et équipements sportifs recensés en application de l’article L. 312-2 du code du sport). Celle-ci demeure une prestation distincte et indépendante. Elle précise également que le taux réduit de 5,5 % demeure applicable aux prestations d’animation, de découverte et de familiarisation. 

Désormais, pour déterminer la part des prestations relevant de ce taux de 5,5 %, deux méthodes sont possibles.

La méthode réelle : les entreprises auront la possibilité de retenir un taux supérieur à 50 % s’ils sont en mesure d’établir que la part de leurs coûts afférente aux droits d’accès aux installations sportives excède cette proportion. De ce fait, elles établissent la part de leurs coûts d’accès aux installations sportives afin de leur appliquer un taux réduit de TVA de 5,5 %. En cas de contrôle, une analyse des coûts réellement supportés par l’entreprise devra être communiquée.

La méthode forfaitaire : dans un souci de sécurité juridique pour les entreprises, il est admis à titre pratique que la part des prestations soumises au taux réduit de TVA de 5,5 % soit estimée forfaitairement à 50 % du prix hors taxe des prestations en cause (carte, cours, pensions, stage...).

Cette actualisation a pour conséquence de sécuriser l’application du taux de TVA de 5,5 % à hauteur de 50 % minimum.

Compte tenu des conséquences de la mise en œuvre de ces nouvelles mesures, afin de conserver un chiffre d’affaires équivalent aux ventilations usuellement pratiquées, il est proposé d’augmenter les tarifs de 3 % sur le toutes taxes comprises. Cette recommandation permettra d’assurer la pérennité de l’exploitation équestre.

Des échanges sont en cours avec les services de l’administration fiscale afin de connaître le calendrier de mise en œuvre de ces nouvelles mesures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde