Aller au contenu principal

Justice
Un conflit de voisinage met sa ferme en péril

L’éleveur de Saint-Aubin-en-Bray (60) opposé à plusieurs voisins de son exploitation d’élevage a perdu son procès en appel et doit leur verser plus de 100 000 € de dommages et intérêts pour «troubles anormaux du voisinage».

«On n’a pas vraiment de mots…» Mercredi 9 mars, au lendemain de la décision de la Cour d’appel d’Amiens qui l’a condamné à payer plus de 100 000 € à des riverains de sa ferme à Saint-Aubin-en-Bray (60), Vincent Verschuere était dépité : «Je pensais que nous aurions été davantage écoutés que devant le tribunal de première instance.» Le délibéré était attendu, mais il lui fait aujourd’hui l’effet d’une douche froide. Pour comprendre comment on en est arrivé là, il faut revenir quelques années en arrière. Ce qui est reproché à Vincent Verschuere, c’est d’avoir construit en 2010 un bâtiment d’élevage dans la commune pour pouvoir réaliser la mise aux normes de l’exploitation familiale et conforter son projet d’installation. Pour mener à bien les travaux, l’éleveur et sa mère – ils sont associés au sein d’une EARL – ont investi 600 000 €.
Mais la réalisation, bien qu’elle respecte la réglementation et les procédures administratives, n’a pas plu à quelques riverains qui ont porté le dossier devant les tribunaux administratifs. 

 

110 000 de dommages et intérêts

Cela fait donc depuis près de dix ans que l’agriculteur est opposé à ces habitants qui ont d’abord cherché à faire annuler les permis de construire du bâtiment délivré par la mairie de Saint-Aubin-en-Bray, avant de s’en prendre directement à l’EARL Verschuere en demandant indemnités et démolition du bâtiment. En 2018, le tribunal de Beauvais a condamné Vincent Verschuere à payer un peu plus de 100 000 € de dommages et intérêts pour «nuisances sonores et olfactives». Cette décision, l’éleveur l’a contestée en décidant de faire appel. «Si on paye les dommages, on ferme l’exploitation», déclarait-il, le 30 décembre, jour où une marche de soutien a été organisée. Quelque 200 participants, agriculteurs de la région, mais aussi élus locaux et régionaux, y avaient participé.

 

Trois mois pour s’adapter

Alors que le jugement d’appel lui impose de proposer des solutions techniques, sous peine de démolition de son bâtiment, Vincent Verschuere dit ne pas savoir par quel bout avancer. «Quand j’ai construit mon bâtiment, j’ai pris plusieurs précautions : atténuateur de bruit, cornadis anti-bruit, bardage en bois aéré, une fosse enterrée sous le bâtiment, une aire paillée… Je ne vois pas ce que je peux faire de plus !» Le délai qui lui est imparti pour faire ces propositions est de «trois mois», ce qui est «court». Les dommages et intérêts auxquels l’éleveur a été condamné à payer devront, quant à eux, être répartis entre les six plaignants, «dont trois n’habitent plus la commune», constate l’agriculteur.

 

Un bâtiment vide

En attendant, la seule solution pour lui est de laisser le bâtiment vide : «C’est la seule chose que je peux faire pour éviter les nuisances qui me sont reprochées, indique M. Verschuere. Mais ne plus avoir de bêtes dans une ferme spécialisée dans l’élevage, est-ce que cela a encore un sens ?»
Financièrement, «cela risque d’être compliqué, poursuit-il avec pudeur. Ce n’est pas comparable à un investissement à rembourser qui doit permettre ensuite de gagner de l’argent.» En interjetant appel de la décision du tribunal de première instance, l’éleveur estime avoir usé de tous les recours juridiques possibles : «C’était ma dernière chance. Aller en cassation ne servirait pas à grand-chose, étant donné le jugement de la Cour d’appel. C’est juste encore dépenser de l’argent dans une procédure qui peut prendre beaucoup de temps…»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde