Aller au contenu principal

Une première vendange au Vignoble des Vœux

Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire du vin pétillant bio, à la méthode champenoise. Les premières grappes étaient récoltées ce 26 septembre.

«Il ne faut ramasser que les grappes mûres. Vous les reconnaîtrez à leurs grains plus jaunes, où vous les goûtez si besoin», indique Martin Ebersbach à ses amis et famille, venus lui prêter main forte. Ce dimanche 26 septembre était un grand jour : celui des premières vendanges dans son Vignoble des Vœux, à Ailly-sur-Noye, dont les premiers pieds de vignes ont été plantés en 2019. 

Pour s’installer à la ferme familiale, Martin devait absolument trouver une idée de diversification. «L’activité céréalière dans des terres de faible qualité ne permettait pas de dégager un revenu. J’ai pensé que ce coteau calcaire exposé plein sud et protégé des vents du nord par un bois, en face de la ferme, se prêtait bien à la vigne.» Son oncle, œnologue, le soutient dans ce projet. Un premier hectare de Chardonnay est planté au printemps 2019. Aujourd’hui, le vignoble s’étend sur 5 ha, dont 1,40 ha de Pinot noir - «des cépages adaptés au terroir», et un hectare supplémentaire devrait l’être prochainement. Le produit que le vigneron en sortira n’a pas d’égal dans la Somme : un vin effervescent bio, à la méthode champenoise. 

Pour l’heure, le travail du jour consistait à récolter un raisin de qualité. Alors que les vignerons du sud criait à la catastrophe, au printemps, à la suite des gelées dévastatrices, le Vignoble des Vœux était plutôt épargné, du fait d’un cycle plus tardif. «Les contre-bourgeons ont réussi à se développer correctement.» Le travail en amont a été soigné : «Les vignes ont été plantées à 2 m d’écart et le désherbage est régulier, pour que l’air circule le plus possible.» Quelques tâches de mildiou apparaissent sur les feuilles, mais pas de quoi impacter la qualité. Des dégâts de gibier sont constatés. «Toute la surface est grillagée, mais certains animaux parviennent à y rentrer, attirés par le sucre des fruits.» Résultat : l’estimation d’une tonne de raisin n’a pas été atteinte, puisque 450 kg ont été mis au pressoir. Mais Martin est satisfait : «l’objectif était de réaliser une première vendange pour s’entraîner à vinifier. Les grains sont sucrés, et ont conservé un peu d’acidité. C’est ce que l’on cherche pour un bon vin», sourit-il.

De la vigne à la bouteille

Aussitôt vendangé, aussitôt pressé. Martin mise sur la transformation du vin à la ferme, avec une double fermentation pour maîtriser la prise de mousse. Une technique mise au point par les champenois. Le jus a ainsi été placé dans une cuve pendant 24h pour le débourbage. «Le moût est ensuite récupéré. On y ajoute de la levure, et le tout reste en cuve de fermentation pendant deux à quatre semaines. Durant cette fermentation alcoolique, le moût est transformé en vin à partir des sucres du raisin.» 

Intervient ensuite la fermentation malolactique, qui transforme l’acide malique en acide lactique. «Elle permet d’obtenir des arômes plus doux, plus ronds.» Vers janvier, le tout sera filtré et mis en bouteilles, pour la prise de mousse, qui rend le vin effervescent. Le vin reposera sur ses lies (levures mortes après la deuxième fermentation) dans ses bouteilles couchées. Celles-ci doivent être «remuées», soit inclinées pour orienter les levures mortes vers le goulot. Interviendra enfin le dégorgement : le bouchage provisoire du champagne est retiré pour éjecter le dépôt. «C’est de la pression car il ne faut pas commettre d’erreur. Mais je bénéficie des conseils de mon oncle, et je suis suivi par l’IOC (Institut œnologique de Champagne) d’Épernay.» 

Rendez-vous en janvier 2023 pour déguster cette première cuvée, dont il faut encore trouver un nom. À terme, 6 hectares devraient permettre de produire 40 000 bouteilles par an, toutes vendues en circuit court.

 

La Somme, nouvelle terre de vignes

Martin Ebersbach est le seul producteur de vin effervescent bio de la Somme. Mais il n’est pas le seul vigneron. Quelques dizaines de kilomètres plus au nord, à Terramesnil, Maximilien De Wazières s’apprête à vivre la deuxième vendange au domaine viticole La Cour de Bérénice. Avec ses 3,5 ha de Pinot noir et de Chardonnay, lui mise sur la production de vins tranquilles, 70 % de blanc et 30 % de rouge. Dans une autre dimension, le négoce Ternoveo (Advitam), a aussi développé une toute nouvelle filière viticole en Hauts-de-France. 16 ha de vignes ont été plantés au printemps 2020 chez dix agriculteurs, dont quelques hectares dans la Somme. À terme, l’objectif est de planter 200 ha en cinq ans, avec quelque cent agriculteurs. Les premières vendanges sont prévues en octobre 2022, pour une première commercialisation de 50 000 bouteilles en 2023, via les magasins Gamm Vert, Prise direct’, les cavistes et restaurants de la région. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde