Aller au contenu principal

Environnement
Zones de non-traitement : retour à la case départ ?

Considérant que la consultation du public n’a pas été suffisante sur les chartes de riverains qui permettent sous conditions de réduire les distances de sécurité pour l’utilisation de certains produits phytosanitaires, le Conseil constitutionnel les remet en cause. Quant aux conséquences de cette décision, elles sont encore floues.

Dans le département de la Somme, la concertation pour établir une charte de riverains s’était organisée entre la Chambre départementale d’agriculture, la FDSEA, les Jeunes agriculteurs, le Conseil départemental, l’Association des maires de la Somme 80 et l’association Familles rurales. 
Dans le département de la Somme, la concertation pour établir une charte de riverains s’était organisée entre la Chambre départementale d’agriculture, la FDSEA, les Jeunes agriculteurs, le Conseil départemental, l’Association des maires de la Somme 80 et l’association Familles rurales.
© Nicole Ouvrard

Douche froide. Alors que les agriculteurs s’étaient jusqu’à présent plus ou moins fait à l’idée de devoir sanctuariser une partie de leurs parcelles lorsque celles-ci jouxtent des zones urbanisées et qu’ils s’interrogent encore sur la manière de les valoriser autrement, le Conseil constitutionnel est venu mettre à plat plusieurs mois de travail sur les chartes de riverains. Ces chartes, faut-il le rappeler, avaient pour objectif d’encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires dans certains territoires et de réduire sous conditions les zones de non-traitement encore appelées zones de sécurité. Autrement dit, elles visent à favoriser le dialogue entre les habitants, les élus locaux et les agriculteurs et à répondre aux enjeux de santé publique.

Saisi par un collectif d’ONG, dont Génération futures et France nature environnement (FNE), le Conseil constitutionnel a toutefois considéré, le 19 mars dernier, que les «modalités d’élaboration des chartes départementales sur les ZNT méconnaissent les exigences constitutionnelles». En déclarant «inconstitutionnelle» une partie de l’article de la loi Égalim qui précisait les modalités de concertation pour ces chartes, c’est donc la validité de l’ensemble des chartes actuellement approuvées par les Préfets qui est remise en cause. 

Dans le département de la Somme, la concertation pour établir une charte de riverains s’était organisée entre la Chambre départementale d’agriculture, la FDSEA, les Jeunes agriculteurs, le Conseil départemental, l’Association des maires de la Somme 80 et l’association Familles rurales. L’État, par le biais de la préfecture, avait été associé à ce travail collaboratif avant de lui apporter son soutien. Le 26 novembre 2019, une vingtaine de partenaires signaient la «charte de bon voisinage dans l’espace rural» s’inscrivant, dixit ces organisations, «dans une démarche collaborative et volontaire».

Pour la FNSEA, qui souligne sa volonté de «prôner le dialogue» et qui expliquait encore, le 19 mars dernier, «avoir conduit une consultation du public de qualité dans chacun des départements», la décision du Conseil constitutionnel est «incompréhensible». Toujours du côté du syndicat majoritaire, on expliquait en début de semaine étudier les «conséquences précises de cette décision sur les conditions d’utilisation des produits phytopharmaceutiques».

Du côté des associations ayant porté l’affaire devant le Conseil constitutionnel, la nouvelle de l’invalidation des chartes a, en revanche, été accueillie comme «une victoire». Et ces dernières d’appeler «les juges administratifs et le législateur à en tirer les conséquences». 

La position ambiguë du ministère 

Le ministère de l’Agriculture a indiqué, pour sa part, en ce début de semaine, «prendre acte» de la décision, et être en train d’examiner «ses conséquences en droit et les suites à y donner». Quant à la suite de ses explications, elles apparaissent pour le moins surprenantes. En effet, selon la Rue de Varenne, cette décision ne remet en cause «l’existence (des chartes) par principe».

Pour le ministère, les mesures d’adaptation des distances minimales de sécurité, telles que «déterminées conformément aux recommandations de l’Anses (...) conservent d’un point de vue pratique leur efficacité en dépit de l’invalidation des chartes et leur mise en œuvre doit pouvoir continuer de permettre l’adaptation des distances minimales de sécurité». 

En attendant des précisions nécessaires, et face à ces divergences d’interprétation, il revient aux agriculteurs de faire preuve de prudence et de retenue. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde