Aller au contenu principal

Après les stars françaises, Aurélie Toubeau sert sa généreuse cuisine aux Guislanais

Elle a cuisiné pour Jane Birkin, Dave ou Christian Morin en déplacement dans le Nord. Aurélie Toubeau, populaire cheffe disciple Escoffier, servira les premières assiettes de son bar-estaminet À l’bonne Gamelle ce 25 octobre, à Villers-Guislain (59), à 20 km de Péronne.

Cette première ardoise, mardi 25 octobre, sera à l’image d'À l’bonne Gamelle. Bœuf bourguignon, bifteck à l’ail ou escalope de volaille à la bière. Cuisiné au beurre et servi généreusement. Ces plats sont concoctés avec amour par Aurélie Toubeau, cheffe disciple Escoffier bien connue de la région, qui ouvre son bar-estaminet à Villers-Guislain (59), village rural de sept-cents âmes à la frontière de la Somme. «J’ai eu un ras-le-bol de la perte des valeurs culinaires qui me tiennent à cœur. En m’installant ici, j’ai fait le choix de revenir à l’essentiel», assure la passionnée, avec ce large sourire contagieux.

La professionnelle est née dans la marmite. «Mes parents étaient cafetiers à Lécluse, entre Arras et Douais. Quand on a connu ça toute son enfance, on ne peut pas faire semblant.» Elle a donc fait de sa passion pour la cuisine son métier. «J’ai travaillé pour le chef étoilé Paul Bocuse. C’est lui qui m’a transmis son savoir-faire et son amour de la gastronomie Française.» Attachée à sa région d’origine, Aurélie s’y est investie avec plusieurs affaires, cuisinant pour les vedettes de passage, comme Jane Birkin, Dave ou Christian Morin. Elle s’est faite connaître du grand public avec sa participation à la version française de l’émission Hell’s Kitchen diffusée sur NT1 en 2016. Dernièrement, elle a monté Aux trois princesses à Douais, un restaurant associatif qui permet la réinsertion des femmes sortant de longue maladie.

Chez moi, c’est une ambiance comme chez mémé, avec du bruit,  des gens qui rient, et qui saisissent la soupière pour verser leur bouillon directement dans l’assiette.

Les valeurs humaines transpirent dans les plats d’Aurélie Toubeau. «On ne peut pas bien cuisiner si on n’aime pas les gens», lance-t-elle. Dans sa chaleureuse salle de vingt-cinq couverts, toute meublée de mobilier des années 1930-1940 qu’elle a chiné patiemment pendant deux ans, tout est fait pour que le moment soit agréable. «Chez moi, c’est une ambiance comme chez mémé, avec du bruit, des gens qui rient, et qui saisissent la soupière pour verser leur  bouillon directement dans l’assiette.»

 

Un agriculteur associé

Les produits de saisons seront les vedettes des plats. «Ça peut paraître tout bête, mais je veux juste offrir aux gens les bons produits, pour qu’ils retrouvent les vraies saveurs.» Les producteurs locaux sont une source de choix : les légumes sont ceux de la Bioteam, un groupement de trois fermes bio de Gouzeaucourt (59) et Heudicourt (80) spécialisés en légumes de plein champ. Un agriculteur de la Bioteam, Sébastien Lemoine, est d’ailleurs un des trois associés du restaurant, le troisième étant le compagnon d’Aurélie, Hervé Dubrulle. «Il a l’amour des produits. J’ai celui de la cuisine. On était fait pour s’entendre !» La cheffe sait créer la surprise avec les produits du terroir. Sa compotée de carottes et quinoa infusée au radis noir réveille les papilles, parait-il. «C’est ce qui m’anime dans la cuisine française. Il n’y a jamais de fin. On peut toujours inventer

 

La survie d’un village

La campagne est-elle le meilleur terrain pour exprimer cette créativité ? «J’aime ici revenir sur le côté humain de la vieille France. Le partage est essentiel. Il faut prendre le temps de connaître les gens !» Après deux semaines à s’affairer derrière son bar, qu’elle a entièrement refait à son goût, il semblerait qu’Aurélie soit déjà adoptée. «C’était une chance qu’elle vienne s’installer. Nos villages meurent ! J’ai l’habitude de venir boire un tio coup quand je m’ennuie l’après-midi», confie Jean-Louis Lefebvre, que la patronne surnomme déjà Loulou. Lui, comme les autres habitants, avaient hâte de passer à table.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Rien qu’en 2022, la facture énergétique pour Sodiaal s’élève à 100 millions  d’euros supplémentaires par rapport  à l’an dernier.
Sodiaal décroche et s’en excuse auprès de ses coopérateurs
À la traîne depuis quelques mois en matière de prix du lait payé aux éleveurs par rapport à d’autres entreprises laitières, la…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde