Aller au contenu principal

Alimentation
Des cochons bien élevés font de bons saucissons

À La Ferme des trois châtaigniers, à Villers-Tournelle (80), trois agriculteurs et éleveurs de porcs associés valorisent les animaux qu’ils élèvent sur paille en viande fraîche et charcuteries. À l’occasion de la Journée internationale du saucisson, le 28 mars, ils ont ouvert les portes de leur atelier à L’Action agricole picarde.  

Pour Emmanuel  Fremaux, l’un des  associés de la Ferme des trois châtaigniers, les conditions  particulières  d’élevage de ses porcs permettent d’obtenir une viande de qualité, «avec un grain  de viande très fin»,  que l’on retrouve  dans les saucissons fabriqués sur place.
Pour Emmanuel Fremaux, l’un des associés de la Ferme des trois châtaigniers, les conditions particulières d’élevage de ses porcs permettent d’obtenir une viande de qualité, «avec un grain de viande très fin», que l’on retrouve dans les saucissons fabriqués sur place.
© V. F.

La recette pour réaliser de bonnes charcuteries artisanales ? Des animaux bien élevés et bien nourris, comme on le fait à la Ferme des trois châtaigniers, à Villers-Tournelle, au sud de la Somme. À quelques jours de la Journée internationale du saucisson – elle est célébrée le 28 mars –, Emmanuel Fremaux, l’un des trois associés de l’exploitation avec Jean-Michel et Jean-Marie Poppe, dévoile les coulisses de la fabrication de cet incontournable de la charcuterie qu’est le saucisson sec.

La Ferme des trois châtaigniers, c’est à l’origine une exploitation agricole de 180 hectares à laquelle est associé un atelier d’élevage porcin. Particularité de cet élevage, les porcs y sont élevés sur paille, mangent un aliment fabriqué à partir de céréales produites sur la ferme et enrichi avec de la graine de lin, et où les antibiotiques sont bannis. Pour Emmanuel Fremaux, les conditions particulières d’élevage permettent d’obtenir une viande de qualité, «avec un grain de viande très fin». 

45 porcs valorisés chaque semaine

Depuis 2004, année au cours de laquelle la Ferme des trois châtaigniers s’est lancée dans la transformation et la vente directe, le succès auprès des consommateurs est bel et bien au rendez-vous : «On a démarré avec quelques porcs par semaine pour atteindre aujourd’hui le nombre de 45 en moyenne», rappelle M. Fremaux. En 2010, pour faire face au développement de l’activité charcutière, une SARL a été créée en parallèle à l’exploitation agricole. Puis en 2016, les trois associés décident d’investir dans la construction un atelier de découpe et un atelier de transformation qui leur permettent aujourd’hui de maîtriser toutes les étapes de fabrication de divers produits de charcuterie. Seul l’abattage reste effectué à l’extérieur ; d’abord à Montdidier (80), puis à Nouvion-en-Thiérache (02),
et depuis quelques semaines, dans le nouvel abattoir de Gauchy (02). Agréée Terroirs Hauts-de-France pour la plupart de ses produits, l’entreprise compte aujourd’hui 12 salariés et propose des viandes fraîches de porc, de la saucisserie, des conserves, des charcuteries cuites, sèches et fumées, dont bien évidemment des saucissons. La clientèle se répartit entre particuliers, restauration scolaire et hors-domicile via la plateforme Approlocal, et revendeurs.

Boyau de bœuf et ferments naturels

Pour que le produit final soit bon, il ne suffit pas que la matière première le soit également, même si cela y contribue. «On n’utilise que les morceaux nobles du cochon. Il faut à tout prix éviter les morceaux qui ont des nerfs. Cela se retrouve dans le saucisson et ce n’est jamais agréable en bouche», explique ainsi Emmanuel Fremaux ; autrement dit, ce sont les jambons et les filets qui sont utilisés. Dans la recette du saucisson, on retrouve 95 % de viande, 5 % de gras et des épices que l’éleveur-charcutier garde secrètes. Les ferments utilisés sont naturels. Pour fabriquer un saucisson à la Ferme des trois châtaigniers, on hache puis on mélange la viande dans un bol, les condiments, on pousse la préparation dans un boyau (de bœuf), puis le saucisson passe à l’étuvage à une température de 25° pendant plusieurs jours avant d’être séché. Contrairement à certaines régions de France, le saucisson samarien doit être placé dans une salle blanche où la température (12°) et l’hygrométrie (75 %) sont ajustées artificiellement ; la faute à un climat trop humide.

Pour se former au métier de charcutier, Emmanuel Fremaux a suivi une formation spécifique dans un lycée agricole d’Aurillac qui dispose de tout le matériel nécessaire à l’apprentissage. Preuve que la technique est aujourd’hui maîtrisée, la Ferme des trois châtaigniers réalisent des prestations pour d’autres : «On fabrique par exemple en prestation du saucisson de bœuf ou de mouton pré-salé». Pas question pour autant d’élargir la gamme au-delà : «On préfère rester dans notre cœur de métier, qui est le cochon. Les autres viandes, on laisse cela à d’autres», sourit M. Fremaux.

«Vous avez du à l’ail ?»

Dans le film Mais où est donc passée la 7e compagnie ? tous les cinéphiles se souviennent de cet échange culte entre le Chef Chaudard (Pierre Mondy), Pitivier (Jean Lefebvre) et Tassin (Henry Guibet) autour du «à l’ail». Réponse d’Emmanuel Fremaux : «On en fait aussi…»

Une cinquantaine de kilos sortent chaque semaine de l’atelier des Trois Châtaigniers. Seulement cuit ou fumé – et non séché –, il est donc «plus gros» que le saucisson sec «pour garder son moelleux», et est fabriqué au sel fin, ce qui lui donne une couleur plus grise que rose. Si le saucisson sec est vendu «toute l’année», les ventes du saucisson à l’ail sont plus saisonnières. 

Quant à l’affichage du Nutriscore, peu de chance de le voir affiché sur l’un comme sur l’autre saucisson : «On a l’outil pour le calculer, mais on ne l’affiche pas sur ce produit. Si on venait à le faire, au minimum, avec le saucisson, ce serait un C…» Pour Emmanuel Fremaux, le Nutriscore «n’est pas un argument marketing. Nos clients ne nous le demandent pas…» Déguster une rondelle de saucisson doit rester un plaisir coupable, et c’est bien cela qui rend la chose agréable. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde