Aller au contenu principal

Environnement
Jour de dépassement de la terre : la faute à l’alimentation ?

Ce jeudi 28 juillet marque le Jour du dépassement 2022, une date calculée par l'ONG Global Footprint Network, un institut de recherche californien. À partir d'aujourd'hui, nous allons vivre les cinq prochains mois « à crédit », l'humanité ayant consommé toutes les ressources que la Terre peut régénérer en une année.

L'élevage bovin est fortement décrié en raison de sa consommation de soja, sont la culture est responsable de la déforestation.
© Arvalis

« L’humanité a utilisé toutes ses ressources écologiques le 28 juillet. Pour les 156 jours restant, la consommation va grignoter le capital naturel de la planète », a indiqué Laetitia Mailhes de Global Footprint Network (GFN). Avec le Fonds mondial pour la nature (WWF), ce think tank indépendant se désole et s’alarme que cette date avance d’année en année dans le calendrier. Selon leurs calculs très alambiqués et difficilement accessibles au commun des mortels, le premier jour de dépassement a eu lieu le 29 décembre en 1970, le 4 novembre en 1980, 11 octobre en 1990, 23 septembre en 2000, 7 août en 2010, etc. Les seules phases où cette date a pu légèrement reculer correspondant aux périodes de crises comme les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979, la crise financière (subprimes) en 2008 ou plus récemment le Covid.

Il n’en reste pas moins qu’«en vingt ans, la date a avancé de deux moins», ont constaté les deux ONG. Elles estiment de façon un peu imagée qu’il il faudrait 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale de façon durable. Formulé autrement «on consomme 75 % de plus que ce que la Terre peut nous fournir», a précisé Laetitia Mailhes. Selon l’Agence de transition écologique qui rejoint les conclusions de deux ONG, si l’ensemble de la planète avait vécu comme les Français, il aurait fallu 2,7 planètes Terre pour répondre à nos besoins sans pénaliser les générations futures.

PSN : «une mauvaise copie»

Au-delà du constat, les deux ONG se sont posées la question de savoir quel rôle le système agricole et alimentaire pouvait jouer dans ce jour de dépassement. Leur jugement est sans appel : «L'empreinte écologique de l'alimentation est considérable : la production de nourriture mobilise toutes les catégories d’empreinte, en particulier les cultures et  le carbone», ont-elles indiqué,  précisant que «plus de la moitié de la biocapacité de la planète (55 %) est utilisée pour nourrir l'humanité». Pis : le problème est «la surconsommation de protéines animales qui à elles seules représentent 30 % de l’empreinte écologique totale», a soutenu Pierre Cannet, directeur du plaidoyer et des campagne de WWF France. Cette dernière et GNF n’ont d’ailleurs pas caché leur volonté «réduire la consommation animale», de «modifier les régimes alimentaires» en valorisant la consommation de protéines végétales et aussi «de déconstruire la culture des viandes». «Si nous pouvions réduire la consommation de viande de moitié, nous pourrions reculer la date du jour du dépassement de dix-sept jours», fait valoir Laetitia Mailhes.

La population mondiale a plus que doublé en cinquante ans, passant de 3,7 milliards d’êtres humains en 1970, à 8 milliards en novembre prochain

Les deux ONG sont d’ailleurs vent debout contre le Plan stratégique national (PSN) de la France. «C’est une mauvaise copie. Nous ferons tout pour rectifier le tir en infiltrant les leviers financiers et réglementaires», a certifié le WWF.  L’association écologiste entend d’ailleurs «développer l’agroécologie partout», veut aussi lutter contre le gaspillage alimentaire, ce qui permettrait, si on le réduite de moitié, de reculer le jour de dépassement de treize jours. Malgré toutes les mesures que les deux ONG souhaitent prendre, il semble d’ores et déjà compliqué de revenir à un jour de dépassement au 29 décembre. Il est vrai que la population mondiale a plus que doublé en cinquante ans. Forte de 3,7 milliards d’êtres humains en 1970, notre planète en comptera 8 milliards en novembre prochain. Les deux ONG auraient-elles oublié cette dimension démographique ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde