Aller au contenu principal

À la boulangerie Sery de Moreuil, le chauvinisme croustille sous la dent

Depuis quelques jours, la baguette de tradition Avocette, création 100 % samarienne, sort du four à sole de la boulangerie Sery, à Moreuil. Un produit cher au patron, Stéphane, qui a le terroir dans la peau. La journée mondiale du pain, ce dimanche, est l’occasion d’y faire un saut.

Une quinzaine d’Avocette sont proposées chaque jour à la boulangerie Sery  de Moreuil.
Une quinzaine d’Avocette sont proposées chaque jour à la boulangerie Sery de Moreuil.
© A. P.

Stéphane Sery est un samarien fier de l’être. Il aime arpenter sa campagne lorsqu’il a du temps libre, pour s’adonner au loisir de la chasse. Il est aussi un amoureux de la Baie de Somme. Alors proposer aux clients de sa boulangerie de Moreuil une baguette qui reflète son terroir ne pouvait que lui plaire. «Pour moi, l’Avocette met en avant l’agriculteur, son blé, la farine que le meunier en fait, et le savoir-faire du boulanger. Si je ne pouvais faire que du circuit court comme celui-là, je le ferais», assure-t-il. Pour affirmer son attachement au milieu agricole, la boulangerie Sery est d’ailleurs partenaire de la Carte moisson.

Le boulanger-pâtissier a repris cette affaire, sa quatrième, en mars 2021. Le pain, c’est l’histoire de sa vie. «Mes parents étaient boulangers, et j’ai suivi leur trace. J’ai connu différents maillons de la filière, puisque j’ai été responsable logistique en matières premières en boulangerie et commercial chez Picardie fournil, spécialiste de matériel de boulangerie.» Ce commerce, qu’un client a voulu lui céder alors qu’il partait à la retraite, était l’occasion de retourner à la source. Il le tient avec son épouse, à la vente et à la gestion, ainsi qu’avec trois salariés et une apprentie pâtissière. «Ce qui me plaît le plus, c’est le relationnel. La transmission me tient vraiment à cœur.» Stéphane aime former, enseigner les techniques, partager sa passion pour le métier… «Lorsqu’un de mes apprentis s’installe à son compte quelques années plus tard, c’est une fierté. Il faut que le métier perdure.»

 

Des pains spéciaux en veux-tu en voilà

Pour le faire perdurer, Stéphane a dû s’adapter. Il est fini le temps où l’étal ne proposait qu’une baguette et un pain de campagne la semaine, et quelques gâteaux le dimanche. «Aujourd’hui, nous proposons des pains spéciaux, des viennoiseries et des pâtisseries toute la semaine. La clientèle est jeune, plus âgée, de passage, ou des habitués… Il faut contenter tout le monde.» Les quatre-mille Moreuillois ont le choix entre trois boulangeries, mais diposent aussi de grandes surfaces dotées d’un rayon pain. «Ça nous force à être vigilant. Il faut de la qualité tous les jours.» L’Avocette est depuis quelques jours la petite nouvelle en vitrine. «Pour l’instant, on en sort une quinzaine par jour. Il faut le temps que les gens la découvrent.»

Cette baguette de tradition est née en 2004 des mains de Jean-Jacques Hébert, artisan-boulanger de Flixecourt, désormais retraité. «Le projet était de créer une baguette à partir des blés cultivés puis broyés sur nos terres, pour en sortir un produit à valeur ajoutée pour chaque maillon de la chaîne», résume Marie Levaast, animatrice de l’association Avocette à la chambre d’agriculture.  Au début de la chaîne, les agriculteurs et leurs organismes stockeurs Noriap et Calipso. Deuxième maillon, les Moulins Riquier, à Cahon-Gouy, où le blé est transformé en céréales.
1 165 quintaux de farine ont été mis en sac en 2021. Direction ensuite les trente-cinq boulangeries, de la Somme surtout mais aussi de l’Aisne et du Pas-de-Calais. Les artisans sont alors soumis à un cahier des charges stricts. 

«Elle a un goût particulier, différente des baguettes tradition classiques.» Sa saveur est développée grâce à la fermentation lente et naturelle, au minimum douze heure. La Poolish, une pré-fermentation composée de farine, d’eau tiède et de levure, est préparée la veille. Elle est ensuite cuite dans un four à sole. «Comptez vingt minutes à 230°C.» Elle ressort avec une croûte dorée bien croustillante et une mie alvéolée et aérée. 

Il lui faudra désormais savoir séduire les clients. Car cette baguette est à forte valeur ajoutée. Elle est affichée 1,25 € dans la vitrine de Stéphane Séry. «J’ai anticipé l’augmentation du prix du pain que nous ne saurons pas éviter en début d’année, à cause de l’explosion des charges : électricité surtout, mais aussi matières premières, main-d’œuvre…» L’Avocette a cependant tous les atouts pour se démarquer. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde