Aller au contenu principal

Betteraves
L’arrêté réautorisant les NNI attaqué devant la justice

Plusieurs organisations viennent de déposer des recours contre l’arrêté du 5 février 2021 réautorisant temporairement l’utilisation des néonicotinoïdes et demandent l’annulation de ce texte.

Recours NNI
Générations futures et d'autres ONG ne digèrent toujours pas la dérogation d'utilisation des semences enrobées aux néonicotinoides pour la betterave.
© Générations futures

Lors de la publication de l’arrêté autorisant pour une durée de 120 jours, plusieurs organisations avaient fait la promesse d’engager des recours devant la justice pour dénoncer le texte et c’est aujourd’hui que leur menace a été mise à exécution.

Par l’intermédiaire de leurs conseils, Maîtres Baron et Lafforgue, les associations France Nature Environnement (FNE), Pollinis, Générations futures, Justice Pesticides, le Syndicat national d’apiculture (SNA) ou encore Terre d’abeilles annoncent dans un communiqué avoir déposé plusieurs recours devant les tribunaux administratifs de Toulouse et de Lyon pour demander l’annulation de cet arrêté du 5 février. Deux des recours engagés portent sur le fond tandis que les deux autres sont des recours en référé suspension.

Des revers difficiles à digérer

D’une manière générale, la demande de ces ONG porte ni plus ni moins que sur « l’annulation de cet arrêté » ; lequel aurait, toujours ces associations, « comme conséquence d’induire des effets néfastes pour la biodiversité en générale et pour les pollinisateurs en particulier ». Une lecture plus approfondie de leurs motivations en dit davantage sur leur état d’esprit… et leur rancœur.

D’abord, ce que l’on peut constater, c’est que ces organisations semblent ne pas avoir vraiment « digéré » la série de revers qu’elles ont essuyé avec d’abord l’adoption d’un projet de loi réautorisant temporairement les néonicotinoïdes pour la seule culture de la betterave ; la publication d’un arrêté d’application de cette loi début février ; puis de ne pas avoir été entendu, ni lors de la consultation publique dédiée, pas plus qu’au sein du comité de surveillance de mise en œuvre et dont certaines organisations font partie, selon leurs propres dires.

Des arguments fallacieux

Pour appuyer leur demande d’annulation de l’arrêté du 5 février, ces organisations mettent donc en avant « l’état critique des populations d’abeilles et des insectes en général, en Europe, et le fait que certaines matières actives sont plus particulièrement identifiées comme néfastes, tout particulièrement l’imidaclopride et le thiaméthoxame, mises en œuvre dans ces enrobages de semences » de betteraves.

 

Elles estiment par ailleurs « trop large » le champ d’application de la dérogation autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes, « sans distinction entre les régions, alors même que la jaunisse n’a pas eu le même impact sur l’ensemble du territoire ». Autrement dit, si l’on suit le raisonnement de ces associations, seules les régions les plus touchées par la jaunisse en 2020 – comment fixe-t-on alors le plancher permettant le recours aux NNI ? -, auraient dû avoir le bénéficie d’une dérogation en 2021.

Les mesures d’atténuation préconisées, présentées dans l’arrêté, sont quant à elles jugées « très insuffisamment protectrices pour permettre de limiter les effets néfastes des néonicotinoïdes sur les pollinisateurs et plus généralement sur la biodiversité »

Un nouveau désavoeu en vue ?

Sur la forme, ensuite, Générations Futures et consorts critiquent « l’absence de motivation de l’arrêté » alors que la réglementation européenne prévoit que les dérogations ne peuvent être accordées par les États Membres que « dans des circonstances particulières ».

Enfin, elles critiquent « l’insuffisance de la procédure de consultation du public » ; une procédure pourtant classique, réglementaire et à laquelle chacune des organisations aujourd’hui requérantes n’avait pas manqué d’inciter ses sympathisants à participer… Mais force est de constater qu’une consultation publique n’a de valeur que si ses conclusions s’affichent dans le sens voulu par Générations Futures et ses associations amies.

La balle est désormais dans le camp des juridictions administratives de Toulouse et de Lyon avec une question : suivront-elles le Conseil constitutionnel qui avait rejeté il y a quelques semaines le recours engagé par des parlementaires contre le projet de loi avant de le déclarer conforme à la Constitution – encore un revers, tiens -, ou ordonneront-elles l’annulation de l’arrêté du 5 février qui encadre sa mise en œuvre ? 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde