Aller au contenu principal

Loisirs
Mieux connaître la Bleue en se baladant

Deux parcours de balade ont été créés de part et d'autre de la frontière franco-belge sur des applications mobiles afin de permettre au grand public de (re)découvrir la race la Bleue du Nord, aussi appelée la Bleue mixte.

La Bleue du Nord ou la Bleue mixte… ça vous dit quelque chose ? Probablement, si on est un agriculteur du nord de la France ou belge, mais force est de reconnaître qu'elle est beaucoup moins connue que ses collègues charolaises ou limousines. Il faut dire que cette race, à la robe tachetée aux reflets bleutés, avait presque disparu des pâtures à la fin des années 1990. C'est grâce au projet européen transfrontalier BlueSter, lancé en 2008, que la Bleue du Nord a été remise au goût du jour. Depuis 2018, avec le deuxième volet de ce programme, appelé projet Interreg BlueSter, l'objectif est de mieux valoriser les produits de la Bleue mixte qui, comme son nom l'indique, est à la fois une race laitière et une race à viande. Dans ce cadre, deux parcours de balade reliés à des applications mobiles ont été créés afin de faire (re)découvrir cette vache au grand public.

 

Côté France : Baladavesnois

Du côté français, c'est l'application Baladavesnois qui a conçu un parcours, dans le parc naturel régional de l'Avesnois donc, autour de la Bleue du nord. Le parcours qui s'intitule «Divine, la vache Bleue du Nord» débute à Saint-Hilaire-sur-Helpe et est long de 5,23 km. Il est le 21e parcours créé par l'application. Le principe ? «On suit Divine tout au long du parcours. Au fur et à mesure, elle va nous demander de prêter attention à certaines choses et nous donner des informations et/ou nous poser des questions. Cela peut prendre la forme de question-réponse mais aussi de jeux. Le tout porte à la fois sur la Bleue du Nord mais aussi sur la faune et la flore du parc.» Conçue pour les familles, l'application présente un avantage : la possibilité de télécharger le parcours avant afin de ne pas dépendre de la connexion internet de nos campagnes…

 

Côté Belgique : Totemus

Autre application, autre concept. Chez nos voisins belges, c'est Totemus qui a pris en charge la création d'un parcours autour de la Bleue du Nord qui se fait appeler ici la Bleue mixte afin de ne pas être confondue avec sa consœur la Blanc bleue belge. Cette fois, le parcours, intitulé "À la découverte de Divine, la vache bleue", fait 7,5 km et se déroule dans la région de Namur. Là où Baladavesnois est vraiment orienté balade, Totemus a pris le parti de faire une véritable chasse au trésor. Le but  : suivre les indications afin d'acquérir un totem. Le principe de Totemus est de pousser le consommateur à accumuler des totems…

 

Productions diverses

Les deux parcours ont rencontré un certain succès depuis leur lancement il y a quelques mois. Pour Sébastien Seguin, maire d'Avesnes-sur-Helpe, le fait que ce projet soit francobelge est «très judicieux car le tourisme n'a pas de frontières». «Ce projet répond à des problématiques et attentes actuelles : plus de place au circuit court, les vacances au plus près…», poursuit Guislain Cambier, président du bureau du syndicat mixte du Parc régional naturel de l'Avesnois. Aussi, au-delà de cet aspect touristique, l'Union bleue, organisme qui coordonne le projet BlueSter, espère que ces parcours permettront de mettre en avant les productions de la Bleue du Nord : le Pavé bleu, le Cendré des près ainsi que les yaourts de type Skyr, mais aussi la viande. Au total, une vingtaine d'éleveurs belges et sept français sont impliqués dans le projet. 

 

Pratique

Les deux applications sont gratuites et disponibles sur l'Apple Store et le Play Store (Androïd).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde