Aller au contenu principal

Economie
Viande bovine : des cours en hausse pour longtemps ?

Ces deux dernières années, les prix de la viande bovine ont davantage progressé à l’étranger que dans l’Union européenne et en France en particulier.

bovins
© Pixabay

Partout dans le monde, les cours de la viande bovine ont fortement progressé au cours des deux dernières années, mais à des rythmes différents selon les pays. La hiérarchie des pays exportateurs établie en fonction de leurs prix de vente en est complètement modifiée.

A la fin de 2021, les cotations moyennes des gros bovins mâles G3 au sein de l’Union européenne (4,5 €/kgéc) étaient équivalentes à celles des bovillons de 500kg vendus aux Etats-Unis et bien moins élevées qu’en Australie (5,5€/kg). Or ces deux derniers pays affichaient, en 2011, les prix les plus faibles parmi les pays exportateurs (autour de 2,70€/kg).

Au sein de l’Union  européenne, les écarts de cotations du Jeune bovin R (autour de 5 €/kgéc) étaient très ténus au mois de mai dernier entre la France, la Pologne, l’Irlande et l’Espagne. Les prix sont nettement plus élevés en Allemagne : 5,5 €/kgéc après avoir atteint 6 € en mars dernier. La Pologne et l’Irlande ne sont plus les pays producteurs de viande bovine « bon marché » et concurrents de la France comme par le passé. Les échanges commerciaux de viande bovine et de bovins vivants, intra-européens ou entre pays tiers, expliquent cette inflation des prix. La planète manque de viande bovine.

Importante demande

Selon l’Institut de l’élevage (Idele), les 11 pays exportateurs majeurs de la planète n’ont vendu que 168 000 tonnes équivalent carcasses (168 000 téc) de plus qu’en 2021 alors que les douze pays principaux pays importateurs ont acheté 358 000 téc en plus. Autrement dit, ces derniers ont été contraints de s’approvisionner auprès de petits pays producteurs de viande bovine pour couvrir leurs besoins. Dans le même temps, les échanges commerciaux intra et extra communautaires de viande bovine se sont fortement contractés au cours des deux dernières années. Par exemple, seules 627 000 téc ont été exportées hors de l’UE l’an passé (- 5% sur un an). Mais c’est en fait avec le Royaume-Uni que les ventes se sont essentiellement repliées (313 000 téc ; - 14 %).

Depuis le début de l’année, les cours de la viande bovine ont encore progressé et ils continueront à augmenter, selon l’Idele. En effet, la production de viande bovine ne croîtra pas suffisamment pour répondre à la demande. Estimée à 1 %, cette hausse sera aussi inégalement répartie. Elle diminuera aux États-Unis et au Canada de près de 145 000 téc, les deux pays ayant activement décapitalisé leur cheptel l’an passé. L’an passé, les premiers avaient produit 12,7 millions de téc (Mtéc) (+3 %) et le second 1,4 Mtéc (+ 8%). En Amérique du nord, seule la production mexicaine (2,1 Mtéc en 2021) continuera à progresser (+1 % après +2 % en 2021).

Manque d’animaux

L’Australie (24,9 millions de têtes; 1,9 Mtéc) renouera avec la croissance (+199 000 téc) après deux années de sécheresse pendant lesquelles l’ile-continent avait été contrainte de réduire son cheptel. La croissance de la production de viande bovine sera portée en Amérique du Sud par le Brésil (8,4 Mtéc en 2021; + 309 000 téc attendue en 2022).

En revanche, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay perdent du terrain.  En Asie, l’Inde (4,2 Mtéc) et la Chine (7 Mtéc) produiraient aussi 270 000 téc en plus.  Mais l’Union européenne (30,7 millions de vaches ; 6,8 Mtéc) verra encore sa production de viande bovine restreinte de 95 000 téc, (soit une basse de 1 %  à 2 %). «  Le marché européen est marqué par un manque d’animaux à abattre, conséquence des décapitalisations passées ainsi que de la flambée des charges », explique l’Idele. L’an passé, la production s’était déjà contractée de 1,2 % mais elle avait augmenté dans les pays du sud de l’Union et avait reculé au nord (jusqu’à 6 % en Irlande), la France s’inscrivant dans la moyenne européenne (-1 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde