Aller au contenu principal

Economie
Viande bovine : des cours en hausse pour longtemps ?

Ces deux dernières années, les prix de la viande bovine ont davantage progressé à l’étranger que dans l’Union européenne et en France en particulier.

bovins
© Pixabay

Partout dans le monde, les cours de la viande bovine ont fortement progressé au cours des deux dernières années, mais à des rythmes différents selon les pays. La hiérarchie des pays exportateurs établie en fonction de leurs prix de vente en est complètement modifiée.

A la fin de 2021, les cotations moyennes des gros bovins mâles G3 au sein de l’Union européenne (4,5 €/kgéc) étaient équivalentes à celles des bovillons de 500kg vendus aux Etats-Unis et bien moins élevées qu’en Australie (5,5€/kg). Or ces deux derniers pays affichaient, en 2011, les prix les plus faibles parmi les pays exportateurs (autour de 2,70€/kg).

Au sein de l’Union  européenne, les écarts de cotations du Jeune bovin R (autour de 5 €/kgéc) étaient très ténus au mois de mai dernier entre la France, la Pologne, l’Irlande et l’Espagne. Les prix sont nettement plus élevés en Allemagne : 5,5 €/kgéc après avoir atteint 6 € en mars dernier. La Pologne et l’Irlande ne sont plus les pays producteurs de viande bovine « bon marché » et concurrents de la France comme par le passé. Les échanges commerciaux de viande bovine et de bovins vivants, intra-européens ou entre pays tiers, expliquent cette inflation des prix. La planète manque de viande bovine.

Importante demande

Selon l’Institut de l’élevage (Idele), les 11 pays exportateurs majeurs de la planète n’ont vendu que 168 000 tonnes équivalent carcasses (168 000 téc) de plus qu’en 2021 alors que les douze pays principaux pays importateurs ont acheté 358 000 téc en plus. Autrement dit, ces derniers ont été contraints de s’approvisionner auprès de petits pays producteurs de viande bovine pour couvrir leurs besoins. Dans le même temps, les échanges commerciaux intra et extra communautaires de viande bovine se sont fortement contractés au cours des deux dernières années. Par exemple, seules 627 000 téc ont été exportées hors de l’UE l’an passé (- 5% sur un an). Mais c’est en fait avec le Royaume-Uni que les ventes se sont essentiellement repliées (313 000 téc ; - 14 %).

Depuis le début de l’année, les cours de la viande bovine ont encore progressé et ils continueront à augmenter, selon l’Idele. En effet, la production de viande bovine ne croîtra pas suffisamment pour répondre à la demande. Estimée à 1 %, cette hausse sera aussi inégalement répartie. Elle diminuera aux États-Unis et au Canada de près de 145 000 téc, les deux pays ayant activement décapitalisé leur cheptel l’an passé. L’an passé, les premiers avaient produit 12,7 millions de téc (Mtéc) (+3 %) et le second 1,4 Mtéc (+ 8%). En Amérique du nord, seule la production mexicaine (2,1 Mtéc en 2021) continuera à progresser (+1 % après +2 % en 2021).

Manque d’animaux

L’Australie (24,9 millions de têtes; 1,9 Mtéc) renouera avec la croissance (+199 000 téc) après deux années de sécheresse pendant lesquelles l’ile-continent avait été contrainte de réduire son cheptel. La croissance de la production de viande bovine sera portée en Amérique du Sud par le Brésil (8,4 Mtéc en 2021; + 309 000 téc attendue en 2022).

En revanche, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay perdent du terrain.  En Asie, l’Inde (4,2 Mtéc) et la Chine (7 Mtéc) produiraient aussi 270 000 téc en plus.  Mais l’Union européenne (30,7 millions de vaches ; 6,8 Mtéc) verra encore sa production de viande bovine restreinte de 95 000 téc, (soit une basse de 1 %  à 2 %). «  Le marché européen est marqué par un manque d’animaux à abattre, conséquence des décapitalisations passées ainsi que de la flambée des charges », explique l’Idele. L’an passé, la production s’était déjà contractée de 1,2 % mais elle avait augmenté dans les pays du sud de l’Union et avait reculé au nord (jusqu’à 6 % en Irlande), la France s’inscrivant dans la moyenne européenne (-1 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde