Aller au contenu principal

D’une tradition betteravière est née « La Guénel »

Agriculteur et brasseur à Tardinghem (62), Christophe Noyon a donné à sa bière de Noël le nom d’un folklore local où la betterave sucrière est au centre de la fête.

Bière La Guenel
La Guénel 2020 et son créateur, Christophe Noyon.
© V.F.

A la Ferme de Belle Dalle, Christophe Noyon produit des betteraves – 6 hectares sur une SAU de 70 hectares -, mais aussi des céréales, dont de l’orge de brasserie qu’il utilise lui-même pour en faire du malt. Ce malt, il l’incorpore ensuite à la fabrication de ses propres bières artisanales. Parmi la palette de bières* qu’il brasse quotidiennement, l’une d’entre elles fait particulièrement référence à la culture de la betterave, la Guénel, ainsi qu’à la période des fêtes de fin d’année qui approche.

Une bière ambrée à la vergeoise

La Guénel est en effet une bière de Noël, brassée chaque année comme le veut la tradition « avec ce qu’il reste de l’ancienne récolte d’orge et de malt », décrit Christophe Noyon. « D’une certaine manière, on prend les fonds de grenier pour laisser la place à un nouveau stock de malt… et on se fait plaisir ». « Cela permet d’essayer de nouvelles recettes, en petites quantités », poursuit-il. 

Le résultat est une bière « assez dense, colorée, épicée, assez aromatique ». De couleur ambrée, sa version 2020 titre à 7,5° d’alcool. « Cette année, explique encore le brasseur, on l’a brassée avec du malt caramel et de la vergeoise brune » ; encore un clin d’œil à la betterave sucrière. « Dans le nord de la France, on en met à toutes les sauces… » L’an dernier, la Guénel était de couleur plus foncée de par l’incorporation d’un malt d’orge grillé.

Une bière héritée d’une tradition locale

Le mot « guénel » est quant à lui l’association des mots « gai » et « noël ». Encore aujourd’hui, dans plusieurs villes et villages de l’ouest de la Côte d’Opale, la fête des guénels consiste en un concours de sculpture de betteraves sucrières. Les enfants se promènent ensuite avec leur betterave illuminée de l'intérieur par une bougie et demandent des sucreries aux passants en chantonnant une chanson traditionnelle, « Ô Guénel ».

Cette tradition doit son origine à une légende locale moyenâgeuse qui raconte qu’un jeune garçon, le Petit Pierre, issu d’une famille pauvre et affamée à la veille de Noël, avait défié la nuit noire, simplement muni d'une lanterne taillée dans une betterave, pour aller mendier de la nourriture au château d’un seigneur local. Christophe Noyon se souvient bien lui, d’avoir participé à ces défilés lorsqu’il était enfant.

Aujourd’hui, « c’est un clin d’œil au patrimoine local », explique celui qui compte parmi ses bières « La Bière des Deux Caps », « La noire de la Slack », « La Houle du Blanc-Nez » ou encore « La Blanche de Wissant » en référence à l’écume de la mer du nord. Le brassin de Guénel représente environ 30 hectolitres sur une production annuelle de 3 500 hectolitres. Autant dire « une goutte d’eau » qui traduit l’envie du brasseur de perpétuer la fabrication de bières de terroirs.

* A consommer avec modération 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde