Aller au contenu principal

Solidarité
Une collecte lancée pour sauver la Ferme Verschuere

L’éleveur de Saint-Aubin-en-Bray (60) espère profiter de la générosité citoyenne pour faire face à la condamnation prononcée à son encontre le 8 mars dernier par la Cour d’appel d’Amiens dans une affaire de conflit de voisinage.

Ferme Verschuere
© EARL Verschuere

« Non à la démolition ». Le message est clair, la famille Verschuere n’a pas l’intention de baisser les bras. Après sa condamnation par la Cour d’appel d’Amiens le 8 mars dernier à payer plus de 100 000 euros de dommages et intérêts à des riverains de son exploitation pour « troubles anormaux du voisinage », Vincent Verschuere espère bien trouver une solution pour ne pas avoir à démolir son bâtiment d’élevage. Passé le choc de la décision de justice, ses proches ont lancé une cagnotte en ligne pour récolter des fonds. Les raisons de cette initiative, elles sont multiples : « Premièrement, ils n'ont pas ce montant sur leurs comptes... Deuxièmement, sans son outil de travail, Vincent ne peut plus continuer son activité », explique Coralie Verschuere, à l’origine de la cagnotte sur la plateforme leetchi.

Depuis sa condamnation par la justice amiénoise, Vincent Verschuere dispose d’un délai « de trois mois » pour proposer des aménagements sur ses installations pour permettre d’en réduire les nuisances. S’il n’y parvient pas, il sera contraint de démolir le bâtiment montré du doigt qui abrite une partie de son troupeau et sa salle de traite.

Dans le même temps, l’éleveur de Saint-Aubin-en-Bray chercherait encore des recours judiciaires contre la décision qui s’est abattue sur lui.

Les dons collectés sur la plateforme serviraient donc « à financer ces démarches ou dans le plus sinistre scénario à rembourser les indemnités », détaille Coralie Verschuere. Au passage, cette dernière en profite pour « remettre l’église au milieu du village », et répond à quelques accusations qui accablent la Ferme Verschuere : « Ils (Vincent et sa mère, associés au sein d’une EARL, ndlr) ont respecté toutes les procédures, effectué tous les aménagements possibles pour réduire le bruit, réduire au maximum leur impact environnemental, améliorer la qualité de vie de leurs animaux, et s'intégrer au maximum dans le paysage. Sans ce bâtiment, Vincent ne pouvait pas reprendre la ferme. Ce n'était pas son choix de s'installer sur cet emplacement, mais son dernier recours pour reprendre la ferme familiale. Par ailleurs, il y avait déjà de l'activité́ auparavant sur cet emplacement, qui faisait déjà partie de la ferme. Ils ont obtenu une dérogation pour s'installer à moins de 30 mètres des habitations par les autorités publiques. Aucune erreur de leur part n'a été commise ».

Au regard du nombre de soutiens qu’a reçu Vincent Verschuere depuis le début de cette affaire, atteindre le montant attendu d’ici un peu moins de trois mois ne devrait être qu’une formalité. Mais tant que rien ne bouge, difficile pour lui de se projeter dans un avenir serein pour son exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde